Archives pour la catégorie Musique

Un groupe russe pour l’inauguration du Festival de Beauregard

Dans le cadre de l’année croisée France-Russie, c’est HAT, un groupe de Tikhvine qui assurera le concert d’ouverture du 2ème Festival de Beauregard :

p1030541.jpg

Le groupe est composé  depuis 2004 d’Evgueny Romanov, Serguei Korobitsyn et Denis Syvchenko. Paroles et musiques sont d’Evgueny Romanov et Mikhail Sokolov, dans la ligne des groupes russes tels que Alissa, Pilot, Spleen, Tequila Jazz, Kino avec l’influence de Red Hot Chilly Pepers, Nirvana, Pantera, Rolling Stones.

Rendez-vous le jeudi 1er juillet à partir de 18 heures.

Eugène Onéguine en mars au théâtre de Caen

Le Théâtre de Caen propose une nouvelle production du chef d’oeuvre de Tchaikovski, Eugène Onéguine (d’après Pouchkine) pour deux représentations

- le jeudi 4 mars à 20h00

- le samedi 6 mars à 20h00.

Peut-être y-a-t-il encore des places ?  Tarif H du théâtre de Caen

tchaikovski.jpg

L’Ensemble de Basse-Normandie

Le Choeur de l’Opéra de Lille

direction musicale Nicolas Chalvin

avec
Andun Iversen, Eugène Onéguine
Dina Kuznetsova, Tatyana
Louise Poole, Olga
Sergeï Romanovsky, Lensky
Nicolas Didenko, Gremin
Marie Mc Laughlin, Larina
Nina Romanova, Filipyevna
François Piolino, Triquet
Vincent Vantyghem, Zaretski

mise en scène Jean-Yves Ruf
assisté de Lucie Berelowitsch
décors Laure Pichat
costumes Claudia Jenatsch
lumières Christian Dubet
chorégraphie Philippe Saire

Soirée russe le 8 janvier 2010

Pour fêter le début de cette année croisée France-Russie, l’association Espéranto-Hérouville, Amitié Solidarité Tikhvine, le Café des Images et le restaurant du Café des Images vous convient le vendredi 8 janvier 2010 à partir de 19h00 à une soirée russe :

- 19h00 Repas Russe (réservation sur place ou au 02 31 94 21 48)

Щи  – Котлеты  – Ватрушка

- 20h45 Film : Les Petites Vieilles (Старухи), 2003, de Guennadi SIDOROV.

Dans un village russe loin de tout, les vieilles vivent, dans le pays qu’elles aiment, leur vie fruste, resserrée autour de la table de la cuisine où elles commentent, sans vergogne et avec force verres de vodka, les petits événements de leur existence ou ce qu’elles connaissent des grands changements de la « nouvelle Russie ».

Pourquoi ce film ? Il nous a semblé judicieux de commencer cette année de manière festive par un film optimiste. Les productions russes récentes, de qualité, sont assez loin de cela (cf le dernier festival d’Honfleur).

lespetitesvieilles.jpg

lespetitesvivilles2.jpg
- 22h45 : concert au RdC du Café des Images avec 3 interprètes de Tikhvine :  Vera Vlasova, Mikael Bronstein, Inga Kreyson.

trio1.jpg
Inspiratrice du programme artistique, Vera Vlasova est professeur de piano à l’école des Beaux-Arts Rimski-Korsakov de Tikhvine.En tant que pianiste et chanteuse, elle s’est souvent produite en concert et a participé à l’enregistrement de quelques disques édités à Tikhvine et à Moscou.

Ecrivain et traducteur, Mikael Bronstein a fourni la base poétique du programme avec des textes originaux et des traductions.Il a fait paraître plus de 30 livres et une dizaine de disques tant en Russie qu’à l’étranger.      

Etudiante aux Beaux-Arts, en qualité de soliste de l’ensemble vocal de l’école, Inga Kreyson a déjà participé à des tournées de concerts en Russie et à l’étranger. Elle a reçu de nombreuses distinctions dans différents concours artistiques pour enfants. Avec un égal succès, elle étudie aussi le piano, la danse et la peinture, rêvant de devenir une artiste complète. Le trio présentera un programme varié de chants populaires russes, de chansons d’auteurs et de danses exotiques.

Boulat OKOUDJAVA

Cette année, pour leur soirée de poésie, les élèves des cours de russe ont décidé de rendre hommage à Boulat OKOUDJAVA.

Франция - это моя вторая жизнь

Retenez donc votre soirée du 19 juin, à 19h30, à la bibliothèque d’Hérouville (plus de détails prochainement).

Ici, vous avez l’occasion d’entendre, grâce à RFI, un entretien avec B. Okoudjava.

Récital à Beauregard le vendredi 27 février

Vendredi 27 février à 20 heures, la ville d’Hérouville accueille Anton MIKHAYLOV*, basse, pour un récital en deux parties : la première proposera des airs de Borodine, Chimarosa, Dargomuzhsky, Moussorgski, Rachmaninov et Rimsky-Korsakov, la deuxième partie des airs populaires russes.

Il sera accompagné au piano par Natalia Roumiantseva**.

rcital270209web.jpg

Venez nombreux.

* Anton MIKHAYLOV n’est pas un inconnu puisque nous avons déjà eu le plaisir de l’entendre lors de la venue du choeur Svetilen

** Natalia Roumiantseva est aussi bien connue puisqu’elle est venue de nombreuses fois avec les ensembles de l’école de musique de Tikhvine qu’elle dirige.

UN PREMIER CONCERT EPOUSTOUFLANT DU CHOEUR « SVETILEN » DU MONASTERE DE TIKHVINE EN L’EGLISE SAINT-PIERRE DE CAEN

Des 13 membres du choeur présents ce soir, la plupart sont des musiciens professionnels, certains encore étudiants, certains se destinant à la vie monastique et d’autres non. Tous sont sobrement vêtus d’une soutane noire sur un col blanc et alignés en un demi cercle dans le choeur imposant de l’église Saint-Pierre. Leur modeste apparence tranche avec les anges et les ors qui les cernent.

img2939a.jpg

 

Le concert  débute par une présentation du choeur fondé en 1993 par le Père Euphimy et du Monastère de l’Assomption de Tikhvine qui l’héberge. Nous y apprenons l’histoire de l’icône miraculeuse à l’origine de la fondation du Monastère et ses tribulations au fil de l’histoire : volée par les nazis en 1942, elle sera « perdue » durant la débâcle et sauvée par un prêtre russe qui l’emmènera à Chicago. Léguée à son fils adoptif, elle ne devait être rendue à la Russie qu’après la disparition du régime soviétique, ce qui sera finalement chose faite en 2004, à Tikhvine, en présence du Président Vladimir POUTINE. Dès cette présentation, faite avec l’accent russe qui donne un charme si particulier à notre langue française, nous voilà plongés dans une histoire et un univers bien éloignés du nôtre (merci à Oxanna, fidèle interprète !).

Alors, Serguei PIVOVAROV, le chef de choeur, lève à peine les mains et voici que les voix nues montent sous les voûtes et colonisent aussitôt l’espace. Elles alternent entre retenue et puissance, semblent s’éloigner de nous, baisser jusqu’au murmure pour mieux s’enfler et jaillir par instants en véritables cataractes sonores.

imgp5714.jpg

img29431.jpg

Parfois, l’un des chanteurs fait deux pas en avant, il sera le soliste d’un morceau avant de regagner le rang et se fondre de nouveau avec les autres. Rare cohésion que celle de ce choeur en effet, dont on devine que tous les membres se connaissent si parfaitement que c’est à peine s’ils ont besoin de regarder leur chef pour savoir quoi faire à quel moment : nombre d’entre eux chantent souvent les yeux fermés, la tête levée vers les voûtes et des horizons forcément célestes et nous propulsent avec eux vers un ailleurs qui nous fait oublier la dureté des chaises et la fatigue d’une semaine bien remplie…

img29401.jpg img29451.jpg

img29571.jpg

Certains solistes resteront particulièrement dans nos mémoires : un jeune ténor à la puissance vocale incontestable, notamment, et surtout une voix inclassable, quasi inhumaine, dont je suis incapable de décrire ici la qualité, mais plutôt l’effet ressenti : le corps tétanisé mais l’esprit emporté, embarqué, le sentiment de n’être plus tout à fait ici et maintenant mais véritablement propulsée hors de moi-même.

img29501.jpg

Dans l’ensemble, les spectateurs semblent muets de saisissement devant ces prouesses vocales a capella, sauf lorsque s’élèvent les applaudissements qui iront crescendo tout au long du concert avant de s’achever par une « standing ovation » suivie de trois rappels. Visiblement heureux de leur succès, les membres du coeur ne se feront pas prier pour prolonger l’enchantement : au total, c’est plus d’une heure trente de musique qu’ils nous ont offert.

Au programme, une vingtaine de morceaux religieux, russes principalement, et donc particulièrement exotiques à nos oreilles, même si l’on reconnaît au passage quelques classiques en latin (« Gloria in excelsis », le « Miserere » d’Antonio Lotti ou un « Notre Père » sur une mélodie anonyme du XVIème siècle). Si le répertoire du choeur « Svetilen » comprend également des chansons populaires russes, des extraits de romances ou des morceaux tirés d’opéras, ses membres ont en effet choisi d’interpréter ce soir ce qui se prêtait le mieux à la magnificence de cette église Saint-Pierre, à savoir de la musique religieuse des XIXème et XXème siècle.

Ce fut en tout cas une expérience extraordinaire que de pouvoir découvrir ces choristes : qualité musicale, richesse des timbres et du répertoire, symbiose parfaite de chaque personnalité au sein du groupe… Force est de reconnaître que nous ne possédons décidément pas l’équivalent dans notre tradition vocale française.

Ce soir, l’âme russe s’était posée en Normandie le temps d’un concert. Les membres du choeur en donneront trois autres ces prochains jours. Courez-les voir si vous en avez l’occasion, car, oui, le choeur « Svetilen » mérite bel et bien son nom d’« illumination » et les quelques 300 spectateurs de ce moment d’exception partagé en leur compagnie sont ressortis dans l’air froid de l’hiver le coeur empli d’allégresse.

Derniers concerts :

-         Dimanche 7 décembre, 18h00, théâtre d’Hérouville Saint-Clair

-         Lundi 8 décembre, 20h30, Chapelle Lalique, Douvres (entrée libre)

 Emmanuelle NEVEUX-DOMIN

LE CHŒUR RUSSE DU MONASTERE DE TIKHVINE S’INVITE A HEROUVILLE

La polyphonie vocale et chorale est un art très ancré dans la culture musicale Russe. L’ensemble du Monastère de Tikhvine perpétue cette tradition avec brio.

45.jpg

Fondé en 1993, le chœur a capella “Svetilen”, bien qu’il soit hébergé dans les locaux du Monastère de Tikhvine, n’est pas composé de moines. Il a cependant été crée par l’un d’entre eux, le Père Euphimy, dont les amis, élèves et professeurs du conservatoire d’État de Rostov, tous issus de la société civile, sont venus le rejoindre pour créer cet ensemble vocal qui compte aujourd’hui une vingtaine de membres. Ancien moine du monastère d’hommes Saint Don Starocherkasski, ce père fondateur est aujourd’hui devenu prieur du Monastère de l’Assomption de Tikhvine. L’un des organisateurs du chœur “Svetilen” et son responsable actuel est Serguei Pivovarov, diplômé du conservatoire d’État de Rostov. Cet ensemble est lauréat de plusieurs concours internationaux et a participé à de nombreux festivals : en 1999 et 2001 il obtient le 1er prix catégorie “ Musique professionnelle de chambre ” au festival international de la musique d’église en Pologne ; en 2001 le chœur a participé au festival “ Approchez-vous de la sainteté ” en Finlande et à la messe donnée à cette occasion en la cathédrale de l’Assomption à Helsinki ; en 2002, il est devenu participant d’honneur du IXème festival international de musique orthodoxe de chambre “ Credo ” en Estonie.  Le répertoire de ce chœur n’est cependant pas composé uniquement de chants liturgiques orthodoxes, mais aussi de chants traditionnels tirés du folklore russe, de romances et d’airs d’opéra et de diverses pièces classiques de compositeurs russes et étrangers. L’objectif de ses membres est en effet de balayer l’ensemble de la tradition vocale russe et au-delà, afin d’offrir le panorama vocal le plus complet à ses auditeurs.  C’est donc l’occasion pour les béotiens de découvrir cet art lyrique si particulier comme pour ceux ayant déjà une solide connaissance musicale de se replonger avec bonheur dans le charme de ces chœurs d’hommes, dont nous n’avons pas l’équivalent dans notre tradition vocale française. 

 

Une formation restreinte de 13 chanteurs du chœur du Monastère de Tikhvine sera accueillie à Hérouville Saint-Clair du 4 au 10 décembre prochain dans le cadre du jumelage avec la ville de Tikhvine et se produira à quatre reprises durant son séjour lors de concerts gratuits :

- Vendredi 5 décembre à 20h30, à l’Eglise Saint-Pierre de Caen

- Samedi 6 décembre à 20h30, à l’Eglise d’Authie

- Dimanche 7 décembre à 18h00, au Théâtre d’Hérouville

- Lundi 8 décembre à 20h30, à la Chapelle Lalique de Douvres la Délivrande

N’hésitez pas à venir y découvrir ces choristes dotés d’une solide connaissance musicologique qui sauront vous envoûter de leurs timbres à la beauté et à la profondeur uniques à travers lesquels s’exprime toute la profondeur de l’âme Russe : vous en ressortirez emplis d’émotion et de sérénité.

Emmanuelle NEVEUX-DOMIN

PS : Un grand merci à Marie-Hélène NEVEUX pour ses conseils éclairés qui m’ont aidée à rédiger cet article.


David Oïstrakh

Давид Фёдорович Ойстрах (1908 – 1974) 

David Oistrakh aurait eu 100 ans. Au milieu de nombreux enregistrement disponibles, un coffret de 17 CD chez EMI :

17oistrakh.jpg

et un DVD de Bruno Monsaingeon, David Oistrakh, artiste du peuple ?

dvdoistrakh.jpg

UN SPECTACLE HAUT EN COULEURS PAR LE GROUPE DE DANSEURS CONTEMPORAINS ORIGINAIRE DE TIKHVINE « DANCE ART PLUS »

Grâce au partenariat entre la Ville d’Hérouville Saint-Clair et l’association «Amitié Solidarité Tikhvine», notre agglomération a eu le privilège d’accueillir la troupe russe «Dance Art Plus» qui s’est produite à deux reprises :

- Au Centre d’Animation de Rots, samedi 27 septembre à 20h30

- A la Fête des associations d’Hérouville Saint-Clair, dimanche 28 septembre à 16h30

Fondé le 15 novembre 2003, le groupe « Dance Art Plus » se compose de soixante jeunes âgés de 5 à 28 ans, tous amateurs (scolaires ou étudiants). Une trentaine de danseurs étaient présents en Normandie ce week-end.

photo09.jpgphoto10.jpgphoto11.jpgphoto13.jpg1000413.jpg

La troupe a déjà eu l’occasion de présenter ses spectacles dans différentes villes de Russie ainsi qu’en Allemagne, représentations qui ont toujours rencontré beaucoup de succès. Le répertoire complet du groupe se compose de 25 pièces et 5 spectacles différents sont proposés tour à tour.

Une vingtaine de morceaux ont été présentés ce week-end, du solo au numéro réunissant sur scène une quinzaine de danseurs, dans des chorégraphies baroques et endiablées réglées au millimètre et s’enchaînant sans aucun temps mort.

C’est en effet à un véritable show débordant de vitalité et de fantaisie que les spectateurs ont pu assister : un mélange de différentes formes de danse, où les bases classiques de la plupart de ces jeunes danseurs se mêlaient à l’expression la plus contemporaine, en passant par le music-hall, la gymnastique rythmique et jusqu’à des incursions du côté des arts du cirque.

lenabeloussova.jpgCar la chorégraphe Elena Belousova ose tous les styles pour raconter de véritables histoires et nous tenir en haleine tout au long de ce spectacle où les corps s’entremêlent, se cherchent ou se repoussent pour mieux se saisir et s’épouser, dans un ballet toujours virtuose et souvent inattendu. Avec maestria, elle sait tirer le meilleur parti de chacun de ses interprètes, dont le bonheur de danser éclate dans chaque numéro.

Une performance physique et artistique incontestable de la part de ces jeunes gens que l’on a pu voir multiplier, outre les arabesques, les entrechats, pirouettes et autres figures classiques, les sauts périlleux, les portés et les acrobaties les plus diverses, jusqu’à construire de véritables pyramides de corps éphémères, le tout sur un rythme et une musique survitaminés.

photo89.jpg

rita.jpgLes costumes réalisés par la costumière et scénariste Margarita Povarenkina, restent indissolubles de la réussite des chorégraphies : on lui doit d’originales idées de mise en scène, où le tissu devient acteur de la danse, vivant et mouvant, support de voltes et virevoltes savantes, et partenaire à part entière des danseurs.

10003781.jpg

Les spectateurs ont particulièrement apprécié « La méduse-gorgone », où des danseurs moulés dans des justaucorps noirs semblaient vouer un culte à une déesse marine dont la robe chatoyante devenait peu à peu voile et eau tempétueuse ; « L’histoire du pharaon » momifié qui revenait peu à peu à la vie au milieu du ballet symbolique de ses servants et servantes ; Et surtout « Rester vivant », solo où un jeune homme servait une interprétation d’un Don Juan un brin vampire époustouflante, applaudie tout au long par une assemblée survoltée.

photo26.jpg

Citons également, dans des genres bien différents, « Fantasy » où deux danseuses à paillettes mènent une samba séductrice autour d’un danseur aux faux airs de Bogart, ou « Shanti », revisitation malicieuse des danses sacrées des temples hindous, ou bien encore « La Maîtresse de la montagne de cuivre » interprétée, autour d’une figure tutélaire, par de gracieux danseurs-lézards verts et mordorés, glissant et s’enroulant les uns autour des autres et sur le sol à la poursuite des sphères de métal précieux…

Il y en avait vraiment pour tous les goûts, pour peu que l’on ait le goût de la fantaisie débridée et des expériences ébouriffantes ! Car il ne fallait pas s’attendre à de traditionnelles danses Russes en venant voir cette troupe de « Dance Art Plus ».

10004571.jpg

Les spectateurs qui ont eu la chance d’assister à l’un de ces spectacles, voire les deux (la troupe a déjà ses fidèles !) ont conscience d’avoir assisté à une prestation d’une qualité exceptionnelle, d’autant plus méritoire pour ces jeunes gens qu’ils avaient fait le voyage en bus depuis la Russie les trois jours précédant leur premier spectacle français.

photo97.jpg

Ce fut en tout cas une bien belle occasion découvrir l’énergie de cette jeune génération de danseurs, héritiers très contemporains d’une grande tradition incarnée par les célèbres ballets Russes. Devant ce succès, rendez-vous est d’ores et déjà pris pour 2010, cette fois sur la grande scène du théâtre d’Hérouville Saint-Clair. (A suivre…)

E. Neveux-Domin

Dance Art Plus septembre 2008
Album : Dance Art Plus septembre 2008
Représentations de Rots et Hérouville, 27 et 28 septembre 2008. Photos A. V.
35 images
Voir l'album

lire l’article de Ouest France

quelques infos supplémentaires sur www.danceartplus.narod.ru

Soirée des Victoires de la Musique

Ce  soir, lors des 15e Victoires de la Musique Classique, retransmises par France 3 et ce malgré un mouvement de grève des personnels, la musique russe était à l’honneur : Glinka, Tchaikovski, Prokofiev, Chostakovitch et Moussorgski.

Mais aussi  Tugan Sokhiev (le chef de l’orchestre du Capitole de Toulouse), Evgueny Kissin, hommage à Slava, le grand Mstislav Rostropovitch.

12


Cante Luta |
groupe scout derborence |
afvpaaoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Faranblog
| Aider les populations des p...
| ASSOCIATION MENEN e.V. D'AL...